Dotés d’un groupe parlementaire sous la précédente législature (le RRDP), les députés radicaux ont échoué à en obtenir un en juin 2017. Avec la réunification du parti radical, à l’automne de la même année, des velléités resurgissent. Mais sans l’accord d’Emmanuel Macron, la création d’un huitième groupe est vouée à l’échec, faute de chef, d’un nombre suffisant de députés et d’une réelle cohérence politique.

L’échec initial des constructifs de gauche

Au…