Présidentielle : la souveraineté numérique mise à toutes les sauces

Brandie en étendard à droite comme à gauche, la souveraineté numérique se pare de nuances selon les candidats. Tous condamnent la domination des Gafam, mais les avis divergent sur les moyens de développer une filière capable de se substituer aux géants américains ou chinois.

Éditions Tech , Médias , Numérique , E-santé
Anne-Laure Mercier, Samuel Kahn
14 mars 2022 à 7h00
Des pâtes à la sauce tomate — ponce_photography

À lire également

Après l’avalanche législative, voici venu le temps des régulateurs

Contexte fait le point sur les enjeux numériques de ce second mandat d’Emmanuel Macron. En France comme à Bruxelles, le centre de gravité va se déplacer en partie du côté des régulateurs, avec la mise en œuvre du DSA et du DMA, deux textes majeurs encadrant les activités des plateformes. La machine bruxelloise doit toutefois encore mener à terme plusieurs dossiers structurants pour l’écosystème.

À l’approche de la présidentielle, les lobbys du numérique s’unissent pour la traditionnelle photo de famille

Comme en 2017, le secteur affiche son unité pour mieux peser sur le scrutin. Un rapprochement dont la portée est pourtant limitée.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire