Au deuxième jour de la discussion du projet de loi, le 10 avril, l’Assemblée a voté la fin du statut cheminot, elle s’est enflammée sur la dette et a constaté le ralentissement des ardeurs du gouvernement sur la question compliquée de la transformation de la SNCF en société anonyme.

Lassés par la méthode de travail législative et par le rejet de la quasi-totalité des amendements n’émanant pas de La République en marche ou du gouvernement, les députés…