Quand le port de Roscoff-Bloscon a ouvert, en janvier 1972, son but était clair : la Bretagne, en plein boom économique, peut réussir à exporter ses produits agroalimentaires vers le Royaume-Uni. Ce dernier était alors sur le point d’adhérer à la Communauté économique européenne.

Quarante-six ans plus tard, c’est non sans ironie que les officiels et les acteurs locaux de cet ancien repaire de corsaires se préparent au Brexit. En traînant un peu les pieds.

Roscoff est un petit…