Élisabeth Morin-Chartier (PPE) s’en était félicitée quelques jours avant le vote du rapport sur le projet de révision de la directive sur le détachement des travailleurs : elle a obtenu des compromis sur la plupart des grandes priorités qu’elle s’était fixées avec la co-rapporteur néerlandaise Agnes Jongerieus (S&D). De la sanctuarisation de la notion de rémunération à l’extension de la base légale du texte, en passant par la prise en compte des conventions collectives régionales.

Contexte publie…