Il aura donc fallu plus de trois ans au Conseil pour parvenir à définir sa position sur la révision de la directive Eurovignette, que les ambassadeurs des États membres (Coreper) ont validée le 18 décembre. On est loin, très loin, de la proposition initiale de la Commission européenne, mais aussi de celle du Parlement européen avec qui la future présidence portugaise va maintenant devoir s’entendre. Les négociations tripartites (trilogues) s’annoncent ardues.

Le principe de base de ce texte : les…