Olaf Scholz appelé en arbitre de sa coalition sur l’adoption de l’accord européen relatif au CO₂ des poids lourds

Les libéraux au sein du gouvernement allemand ont fait part de leur désaccord avec le texte conclu entre le Parlement et le Conseil sur les émissions des poids lourds, la veille de son adoption par les ambassadeurs auprès de l’UE (Coreper), initialement prévue le 7 février. Le vote est reporté au 9 février. Les tractations s’annoncent intenses à Berlin d’ici là.

Édition Transports
Fanny Roux, bureau de Bruxelles
08 février 2024 à 7h50
Légende Le chancelier fédéral Olaf Scholz au lors de la 89e réunion du cabinet fédéral à la Chancellerie fédérale à Berlin, en Allemagne, le 7 février 2024
Légende Le chancelier fédéral Olaf Scholz au lors de la 89e réunion du cabinet fédéral à la Chancellerie fédérale à Berlin, en Allemagne, le 7 février 2024 — © B. Elmentha/snapshot/Future Image/SIPA

À lire également

Comment suivre le Green Deal de l’automobile sans s’y perdre
Après la réforme phare obligeant toutes les voitures et camionnettes neuves à être zéro émission en 2035, l’Union européenne a encore des textes sur le feu pour parachever la décarbonation du secteur routier : les règlements sur les émissions de CO₂ des poids lourds et sur les normes d’émissions polluantes des véhicules (Euro 7). Parlement et Conseil comptent les boucler avant la fin du mandat des eurodéputés au printemps 2024. Pour s’y retrouver dans ces textes extrêmement techniques, Contexte a préparé un tableau de bord avec les positions des institutions sur les points clés.
Industrie automobile : comment l’Allemagne s’est mise sur la touche à Bruxelles
Berlin a essuyé un revers en ne parvenant pas à intégrer ses priorités dans l’accord du Conseil de l’UE sur les nouvelles normes d’émissions automobiles (Euro 7). Dans ce dossier, elle est apparue bien isolée.
CO2, route, carburants synthétiques : les libéraux allemands font avancer leurs pions à Berlin aussi
Après avoir provoqué des secousses à Bruxelles en bloquant quelque temps l’accord sur le CO₂ des voitures, le parti (FDP) de Christian Lindner a réussi à infléchir la ligne de la coalition gouvernementale d’Olaf Scholz en matière de transports. Même si Berlin s’engage à améliorer le financement du rail en alourdissant le péage poids lourds.
Les Européens déroutés par les tête-à-queue de la coalition allemande
Berlin a exigé le 14 mars de renégocier à la dernière minute un accord déjà scellé sur la révision des règles budgétaires européennes. L’épisode suit celui de la vente de voitures à moteur thermique, un autre dossier dans lequel l’Allemagne a soulevé des objections tardives. Ces volte-face, dues aux tensions au sein de la coalition à Berlin et aux déroutes électorales du parti libéral, mettent la patience des Européens à l’épreuve.
CO₂ des voitures : Berlin dans la confusion, Bruxelles entre colère et crainte de l’effet domino
Les récentes divisions au sein de la coalition allemande mettent en danger l’adoption finale du règlement européen obligeant les constructeurs automobiles à ne vendre que des véhicules zéro émission à partir de 2035. Que l’Allemagne finisse ou pas par voter ce texte, les remous provoqués par cet épisode dépassent largement le dossier des voitures et risquent de laisser des traces.

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire