« Uber des taxis » et « Heetch rural » : ces surnoms circulent dans les couloirs du ministère des Transports pour désigner deux dispositifs du futur projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).  L’un vise la généralisation de la maraude électronique des taxis, l’autre le transport par des particuliers rémunérés dans les zones « blanches » de la mobilité. Deux ans après la loi Grandguillaume, ils pourraient à nouveau rebattre les cartes du secteur du transport public particulier de personnes (T3P).

« Uber des…