L'adoption du projet de loi sur le renseignement en commission des Lois de l'Assemblée nationale, mercredi 1er avril, a surtout été marqué par l'affrontement entre les ministres et le président de la commission et rapporteur du texte, Jean-Jacques Urvoas (PS), sur les outils de surveillance ou la durée de conservation des données.

L'opposition de droite a voté le texte et les défenseurs des libertés numériques n'ont pas véritablement participé au débat. Seuls les écologistes ont tenté d'intervenir, sans grand succès.…