Justine Daniel

Justine Daniel

Journaliste E-santé

Journaliste en alternance chez Libération après un passage chez Toute l’Europe, elle rejoint Contexte en avril 2022 d’abord au service Numérique sur les sujets de concurrence avant de basculer sur la santé numérique et rejoindre le pôle Santé à sa création.

Déclaration d’intérêts

Autres activités professionnelles ayant donné lieu à rémunération ou gratification depuis mon arrivée à Contexte
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Lire l'ensemble de la déclaration
Détention d’actions ou de créances sur une société susceptible d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Participations actuelles aux instances dirigeantes d'un organisme public ou privé (association, sociétés) susceptibles d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Fonctions bénévoles actuelles dans une association émettant des positions sur des politiques publiques (plaidoyer), dons réguliers et adhésions en cours à un parti politique ou syndicat
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Fonctions et mandats électifs
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Liens familiaux* ayant une activité professionnelle ou militante significative dans des organismes publics ou privés susceptibles d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
* Ascendant, descendant, conjoint, partenaire lié par un pacte civil de solidarité, relation de couple stable et avérée.

Ses articles

Jordan Bardella, président du Rassemblement National lors de la soirée de lancement du mouvement "Les Jeunes avec Bardella” en vue des élections européennes, le samedi 27 janvier 2024 dans la boîte de nuit parisienne le Duplex
Autour de Jordan Bardella, un noyau dur et des loyaux sûrs
La campagne du Rassemblement national en vue des élections européennes s’élabore en circuit fermé, autour de la tête de liste, de Marine Le Pen et du directeur de campagne, Alexandre Loubet. Une organisation test pour le parti d’extrême droite, qui, par-delà le scrutin, prépare déjà la présidentielle de 2027.
La construction de la régulation de la santé numérique se poursuit à Bruxelles et à Paris.
À Paris comme à Bruxelles, la construction de la régulation de la e-santé se poursuit
Espace européen des données de santé, finalisation de l’accord sur l’intelligence artificielle, financements des logiciels compatibles avec Mon espace santé, feuille de route sur la réutilisation des données… Voici quelques-uns des dossiers e-santé prévus pour ce semestre et que devra récupérer le prochain ministre de la Santé.
Aurélien Rousseau, dans la cour d’honneur du palais de l’Élysée, en décembre 2023
Aurélien Rousseau fait un petit tour et puis s’en va
Arrivé fin juillet Avenue Duquesne, le désormais ex-ministre de la Santé a fait ses cartons le 20 décembre. Il laisse derrière lui de nombreux dossiers, dans lesquels il n’a pas eu le temps de s’investir.
La doctrine sur les entrepôts de données est toujours en réflexion.
L’organisation des entrepôts de données de santé hospitaliers se précise
C’est l’un des chantiers du ministère de la Santé : construire une « doctrine », un fonctionnement commun à ces bases de données destinées à la recherche et à l’évaluation dans le domaine de la santé. Pour ce faire, trois groupes de travail planchent depuis le début de l’année respectivement sur le financement, la gouvernance et la constitution d’un socle de données communes. Contexte publie l’avancement de leurs réflexions, présenté au ministère fin septembre.
Paris, 2023-10-12.
Rejeté pour la première fois en commission, le PLFSS donne le blues aux députés
Pour la première fois de l’histoire des projets de lois de financement de la Sécurité sociale, depuis leur création en 1996, le texte a été rejeté en première lecture par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. Ce coup de théâtre souligne à la fois les points de tension du texte et la démotivation des députés, dans la majorité comme dans l’opposition.
PLFSS 2024
PLFSS 2024 : deux documents pointent les hésitations du gouvernement jusque dans la dernière ligne droite
À la veille de la présentation de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale en Conseil des ministres, Contexte publie deux versions de travail : l’une est issue du ministère de la Santé, l’autre du Conseil d’État. Ensemble, ces documents donnent un aperçu avancé du PLFSS, de ce qui a été acté comme de ce qui a crispé jusqu’au bout. Tour d’horizon des sujets qui concernent la e-santé, avant les derniers arbitrages.
PLFSS 2024
PLFSS 2024 : deux documents pointent les hésitations du gouvernement jusque dans la dernière ligne droite
À la veille de la présentation de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale en Conseil des ministres, Contexte publie deux versions de travail : l’une est issue du gouvernement, l’autre du Conseil d’État. Ensemble, ces documents donnent un aperçu avancé du PLFSS, de ce qui a été acté, comme de ce qui a crispé jusqu’au bout. Tour d’horizon avant les derniers arbitrages.
[Trombi] Élections européennes : se représenteront-ils ? Les députés à suivre sur la santé
Près de la moitié des députés européens qui se sont illustrés sur des dossiers en santé ont déjà annoncé leur volonté de se représenter aux élections européennes du 6 au 9 juin 2024, principalement dans les rangs de la droite. La situation est incertaine pour plusieurs élus de la gauche et du centre, tandis que deux eurodéputés Verts jettent l’éponge. De quoi modifier le rapport de force sur plusieurs sujets d’ampleur, comme le paquet pharmaceutique ou l'espace européen des données de santé.
[Trombi] Élections européennes : se représenteront-ils ? Les députés à suivre sur la e-santé
Trois textes votés ou en cours d’examen à Bruxelles s’apprêtent à façonner la e-santé dans l’Union européenne : l’espace européen des données de santé, le règlement sur l’intelligence artificielle et le règlement pour les données. Trois sujets sur lesquels les équilibres politiques pourraient se voir bousculés par les élections européennes des 6 et 9 juin 2024. Si certains parmi les eurodéputés investis sur ces dossiers ou acteurs clés de la sous-commission santé publique souhaitent déjà défendre leur siège, d’autres n’ont pas encore fait part de leur volonté de rempiler pour un nouveau mandat.
Capture d'écran de l'agenda
[Agenda] Confortée en France, la politique du numérique en santé se construit au pas de course à l’échelle européenne
À Paris, la Délégation ministérielle au numérique en santé se retrouve confortée dans son rôle de clé de voûte de la politique publique du secteur. Elle peut ainsi poursuivre sereinement sa deuxième feuille de route quinquennale, bien que celle-ci pourrait buter sur la question des usages des outils déployés. À l’inverse, la tension monte à Bruxelles, élections européennes obligent. À moins d’un an de la date butoir, les institutions espèrent boucler un maximum de dossiers emblématiques, dont l’espace européen des données de santé. Les deux capitales doivent en tout cas résoudre la question de la réutilisation des données de santé.
Capture d'écran de l'agenda
[Agenda] Un second semestre sous pression, à Paris comme à Bruxelles
L’automne sera chaud ! Outre l’incontournable projet de loi de financement de la Sécurité sociale, il sera notamment marqué par un Conseil national de la refondation décidé à s’implanter dans les territoires et du retour du fantôme de la régulation de l’installation des médecins. À Bruxelles, le Parlement prévoit un calendrier serré sur le paquet pharmaceutique, et les trilogues sont à l’approche pour le règlement Soho. La pression est d’autant plus forte du côté des institutions européennes qu’il s’agit du dernier semestre complet de travail pour boucler les textes en cours avant les élections de juin 2024.
.
Document Contexte - L’Assurance maladie prévoit 1,265 milliard d’euros d’économies pour 2024
Contexte publie en exclusivité la dernière version du traditionnel rapport « charges et produits », qui sera présenté le 6 juillet au conseil de la Caisse nationale d’Assurance maladie et qui préfigure le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). L’effort envisagé est comparable à celui de cette année, qui s’élève à 1,213 milliard d’euros.
La route est tracée.
Numérique en santé : un cap dans la continuité pour les prochaines années
Sans surprise pour les acteurs, la nouvelle feuille de route du numérique en santé pour les cinq prochaines années a été présentée mercredi 17 mai.
Calendrier
Infographie - Les échéances de la feuille de route d'Élisabeth Borne
La Première ministre a présenté sa « feuille de route » le 26 avril, avec les textes qui seront mis à l’ordre du jour du Parlement dans un calendrier plus ou moins flou. Contexte fait le point dans une infographie.
Un projet ambitieux lancé en 2019.
Mon espace santé : les jeux ne sont pas encore faits
Associant un carnet de santé numérique personnel, une messagerie et un catalogue d’applications, Mon espace santé est le projet phare de la première feuille de route du numérique en santé, qui vient de s’achever. Quatre ans après son lancement, Contexte dresse le bilan. Si le pari technique semble en passe d’être gagné, la question des usages n’est pas encore réglée.
Télésurveillance
[Info Contexte] - Télésurveillance : ce que prévoit le dernier accord entre les industriels et le ministère
Contexte a pu consulter un document détaillant les rémunérations sur lesquelles se sont mis d’accord le ministère et les entreprises qui commercialisent des dispositifs médicaux de télésurveillance. Ces dernières ont réussi à obtenir des tarifs supérieurs aux premières propositions du ministère, certains éléments étant encore susceptibles de changer.
Le président de l'Autorité de la concurrence Benoît Coeuré
Pour Benoît Cœuré, le DMA ne réduira pas le nombre d’affaires dans le numérique
Dans un entretien à Contexte, le président de l’Autorité de la concurrence détaille l’état des travaux pour mettre en marche la nouvelle régulation des géants du Net. Benoît Coeuré a aussi détaillé les enjeux concurrentiels sur les marchés qui émergent autour des données de santé.
.
[Dataviz] Crise du système de santé : l’ordonnance de l’exécutif passée au crible
Trois semaines après Emmanuel Macron, c’était au tour de François Braun, le 30 janvier, de présenter ses vœux « aux forces vives du monde de la santé ». Il a ainsi détaillé, au cours d’un discours de 52 minutes, « les orientations » fixées par le président de la République. Il a aussi présenté de nouvelles mesures et précisé la méthode. Sa ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé, Agnès Firmin Le Bodo, a complété la feuille de route du gouvernement de quelques annonces également. L’occasion pour Contexte Santé de mettre à jour son évaluateur. Retrouvez en un coup d’œil l’ensemble de ces déclarations, leur calendrier et l’analyse de leur crédibilité.
A Paris, la DNS attend de savoir à quelle sauce elle va être mangée.
[Agenda] Paris en suspens, Bruxelles qui suit son train législatif
À Paris, la définition de la stratégie pour la santé numérique devra donner un cadre aux cinq prochaines années de cette politique publique, dont l’enjeu consiste désormais à faire infuser l’utilisation de ses outils dans le système de soins. À Bruxelles, la stratégie sur l’intelligence artificielle et celle sur les données avancent plus ou moins vite selon les textes.
.
[Agenda] Santé : un semestre riche en promesses
Ce début d’année marque aussi celui de la politique de santé du second quinquennat Macron. Le premier semestre sera jalonné d’échéances déterminantes : atterrissage du CNR santé, nouvelle stratégie nationale de santé, issue des négociations conventionnelles médicales… et préparatifs du prochain PLFSS. Du côté de l’Europe, les négociations démarrent doucement sur le règlement sur les substances d’origine humaine tandis que le « paquet pharma » sera examiné par la Commission européenne à compter du 14 mars. Contexte Santé fait le tour des chantiers politiques qui agiteront Paris et Bruxelles.