Mégane Gensous

Mégane Gensous

Journaliste Médias

Après une école de publicité, elle est passée "de l'autre côté" pour décrypter les aspects les plus techniques des médias et de la publicité : "brand safety", vente programmatique, segmentation de la publicité en télévision, impact environnemental des médias... Elle était journaliste pour mind Media avant de rejoindre Contexte en septembre 2023 pour couvrir les politiques publiques des médias, et en particulier celles de la régulation des contenus, de l'audiovisuel et de la radio.

 

Déclaration d’intérêts

Autres activités professionnelles ayant donné lieu à rémunération ou gratification depuis mon arrivée à Contexte

Intervenante (concours d'entrée, oraux de fin d'année) à l'école Sup de Pub Paris

Lire l'ensemble de la déclaration
Détention d’actions ou de créances sur une société susceptible d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Participations actuelles aux instances dirigeantes d'un organisme public ou privé (association, sociétés) susceptibles d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Fonctions bénévoles actuelles dans une association émettant des positions sur des politiques publiques (plaidoyer), dons réguliers et adhésions en cours à un parti politique ou syndicat

Ancienne bénévole au sein du collectif féministe #NousToutes

Fonctions et mandats électifs
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
Liens familiaux* ayant une activité professionnelle ou militante significative dans des organismes publics ou privés susceptibles d’une couverture éditoriale
Je n'ai rien à déclarer dans ce domaine.
* Ascendant, descendant, conjoint, partenaire lié par un pacte civil de solidarité, relation de couple stable et avérée.

Ses articles

Touche pas à ma fréquence : l’Arcom sous pression pour le renouvellement de la TNT

L’Arcom lance ce 8 juillet l’audition des chaînes candidates au renouvellement des fréquences TNT. Une nouvelle et avant-dernière étape dans une procédure plus politique qu’à l’habitude, qui a donné lieu à des tentatives d’influence sur le régulateur, faisant peser le risque d’entacher la fin de mandat de son président, Roch-Olivier Maistre.

Le secteur des médias, entre pause forcée et dossiers qui ne peuvent attendre

Alors que le Parlement a suspendu ses travaux, Contexte Médias fait le point sur les sujets qui étaient sur la table avant l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron.

Sens de la formule, séduction et combativité : Rachida Dati applique sa méthode pour (tenter de) réformer l’audiovisuel public

La ministre de la Culture, attendue au tournant par le secteur, a donné un nouvel élan à une réforme attendue depuis plusieurs années par les parlementaires.

TNT : la commission d’enquête qui aurait pu crever l’écran

Très médiatisée, la commission d’enquête à l’Assemblée consacrée au renouvellement et au contrôle des autorisations des chaînes de la TNT doit rendre ses conclusions le 14 mai, si elles sont adoptées par les députés. Mais les dissensions internes risquent de limiter leur portée, alors que les marges de manœuvre pour faire évoluer le cadre sont déjà faibles.

DAB+, fréquence molle

En mars, l’Arcom se targuait d’avoir dépassé 60 % de couverture du DAB+ sur le territoire français. Derrière ce chiffre se cache un retard à l’allumage de la diffusion de la radio par voie numérique, lié à d’importants désaccords entre éditeurs nationaux, éditeurs locaux, Arcom et gouvernement, et à un manque de volonté politique de ce dernier depuis quinze ans.

L’horizon s’éclaircit pour le projet de loi sur l’espace numérique

Le 26 mars, députés et sénateurs se sont mis d’accord sur ce texte censé adapter le droit français à plusieurs règlements européens, et dont nous publions les amendements de compromis. L’issue était pourtant incertaine, tant le texte a vu s’amonceler des nuages au-dessus de sa tête. Contexte vous fait revivre ces quatre heures et demie de négociations intenses.

Les multiples chausse-trappes qui couvrent encore la route du projet de loi sur l’espace numérique

À la veille de la commission mixte paritaire du projet de loi sur l’espace numérique, le champ des possibles n’a jamais semblé aussi grand pour l’avenir de ce texte, dont la constitutionnalité fait débat et qui est visé par deux avis circonstanciés de la Commission européenne. Pour ne pas vous y perdre, parcourez notre schéma et repérez les pièges semés sur le chemin du PJL Sren.

Dites bonjour aux coordinateurs nationaux du DSA

Le 17 février 2024 a sonné la fin des vacances pour les autorités responsables des plateformes en Europe. Le règlement sur les services numériques (DSA), avec ses nouvelles responsabilités sur les contenus, s’applique désormais à toutes. Qui dit nouveaux régulés, dit nouveaux régulateurs. Chaque pays doit désigner un coordinateur national (DSC) des autorités compétentes. En France, c’est l’Arcom qui jouera bientôt ce rôle. Contexte publie la liste des 27 membres du nouveau Comité européen des coordinateurs, géré par la Commission. Tous n’ont pas encore été désignés officiellement.

En voulant sauver les recettes publicitaires des médias traditionnels, les pouvoirs publics les dressent les uns contre les autres

Une étude de l’Arcom et la DGMIC consacrée à la menace des plateformes sur les revenus publicitaires des médias a ravivé les peurs de la presse et des radios. Ces dernières craignent un transfert important de recettes publicitaires vers la télévision si les pouvoirs publics assouplissent les règles qui encadrent la publicité sur le petit écran. Les deux administrations visent des évolutions plus larges, via deux consultations publiques.

Projet de loi sur l’espace numérique : la Commission européenne envoie une seconde salve de critiques

L’exécutif européen a envoyé à la France un nouvel avis circonstancié, signe de son très fort mécontentement, que Contexte publie. En substance, il reprend les remontrances adressées dans le premier avis. L’envoi de cette lettre pose de nouveau la question de l’avenir du texte, dont l’adoption définitive est une fois encore reportée, au 11 mars au plus tôt.

Comment le projet de loi sur l’espace numérique est allé droit (européen) dans le mur, en 7 moments-clés

Qui aurait pu prédire que l’initiative législative française sur le numérique (Sren), censée adapter le droit national au règlement européen sur les services numériques (DSA), serait gelée par l’exécutif européen ? Contexte revient sur les grandes étapes qui ont obéré l’avenir de ce texte.
Groupe d’étudiants travaillant en Studio de télévision

Régulation des contenus, information et droit d’auteur occupent les esprits à Paris comme à Bruxelles

L’Union européenne s’apprête à finaliser ou déployer d’importants règlements, alors que se profile une nouvelle mandature. En France, l’impact de l’IA sur le droit d’auteur est le dossier montant des mois à venir.

Pourquoi personne n’entend le podcast crier

Malgré une volonté politique, depuis 2020, de soutenir la création audio numérique, avec la publication d’un rapport fondateur, les demandes des acteurs du podcast n’aboutissent pas.

Les parlementaires français qui comptent dans les médias

Qu’ils soient investis dans de vieilles marottes législatives comme la réforme de l’audiovisuel et des aides à la presse, ou impliqués dans des problématiques d’actualité comme le financement du Centre national de la musique, l’indépendance des médias ou la régulation des contenus, découvrez quels sont les élus à l’Assemblée nationale et au Sénat qui se saisissent des sujets médias.

Projet de loi sur l’espace numérique : les questions que posent les remontrances de la Commission

Le 25 octobre, l’exécutif européen a envoyé à la France un avis circonstancié sur le projet de loi Sren, lui reprochant de prendre trop de libertés avec le règlement sur les services numériques (DSA), le nouveau cadre européen sur la régulation des contenus. Vite balayée d’un revers de la main par le gouvernement, la missive est pourtant loin d’être anodine.