Le ton reste sobre, mais l’heure est grave.

« Un certain nombre de signaux […] indiquent une détérioration probable des perspectives d’approvisionnement en gaz », écrit la Commission européenne.

Le 21 juillet, la fin des travaux de maintenance sur le gazoduc Nord Stream 1 devrait signifier la reprise de l’approvisionnement via cette infrastructure. Mais Vladimir Poutine pourrait en décider autrement et ne pas rouvrir le robinet alimentant en gaz une partie de l’Europe.

Le sentiment d’urgence est là. La mobilisation…