« Difficiles ». Voilà comment tout le monde s’accorde à qualifier les négociations que mène la France depuis 2019 avec la Commission européenne sur EDF et le nucléaire.

Le but : revoir en profondeur l’organisation de l’énergéticien français et réformer la régulation nucléaire (le mécanisme de l’Arenh). L’enjeu : renforcer la concurrence dans le secteur électrique hexagonal et donner à EDF de quoi se désendetter et investir, notamment dans les renouvelables, pour rester parmi les grands du secteur.

Les négociations,…