Vieux, et donc dangereux ? On a exploré 40 ans d’« anomalies » dans les réacteurs nucléaires français

Le 22 février, le réacteur numéro 1 de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, sera arrêté. Mais y a-t-il un lien entre l’âge d’un réacteur et sa dangerosité ? Contexte a eu accès à la bible des « événements significatifs de sûreté » nucléaires en France depuis les débuts du parc, en 1977. Les anciennes centrales ne déclarent pas plus d’événements que les plus récentes. « Fessenheim, par exemple, n’est pas un site sur lequel on peut identifier une problématique de vieillissement », explique à Contexte Karine Herviou, de l’IRSN, dans un entretien publié le 21 février. Mais parmi les dysfonctionnements déclarés, ceux liés au vieillissement sont de plus en plus nombreux.
Édition Énergie
Victor Roux-Goeken, Yann Guégan
21 février 2020 à 7h00

À lire également

Info Contexte - Les scénarios de l’État pour financer six nouveaux réacteurs nucléaires  

EDF, Bercy et le ministère de la Transition écologique peaufinent, main dans la main, un programme de construction de six réacteurs nucléaires d’ici à 2044, selon un document que publie Contexte. Le texte esquisse plusieurs montages financiers possibles sur la base d’un devis de 47,2 milliards d’euros et livre des éléments sur la santé financière d’EDF après le Covid.

Arrêt de Fessenheim : ce qu’il faut retenir d’un processus long de dix ans

L’arrêt du réacteur numéro 1 de la centrale alsacienne, le 22 février, est un tournant pour la politique énergétique française. Contexte dresse les leçons à tirer de ce processus long de presque une décennie, piloté jusqu’ici de manière chaotique par l’État, et auquel l’actuel gouvernement met un terme.

Entretien - Aux sources de notre enquête sur 40 ans d’« anomalies » de sûreté nucléaire

Contexte publie le 21 février une dataviz des 20 000 « événements significatifs de sûreté » déclarés par EDF aux régulateurs du nucléaire, répertoriés dans la base de données Sapide. Mais d’où vient cette base et à quoi sert elle ? Rencontre avec Hervé Bodineau, chef du service de sûreté des réacteurs à eau sous pression à l’IRSN, et Karine Herviou, directrice des systèmes, nouveaux réacteurs et démarches de sûreté.