Relire notre article « Abus de position dominante : Google nie en bloc les accusations de la Commission ».

Jamais deux sans trois. Google a répondu, le 10 novembre, à la « communication des griefs » envoyée en avril par la Commission européenne au sujet de son système d’exploitation Android.

L’entreprise américaine avait déjà réagi, une semaine plus tôt, aux accusations d’abus de position dominante visant Google Shopping et AdSense.

Dans un post de blog, Kent Walker, vice-président et directeur du service…