C’est ce que l’on appelle avoir le sens du timing. En plein « Qatargate », quand le sujet du lobbying revient sur la scène dans toute l’Europe, le comité de déontologie du Sénat a présenté le 15 décembre un rapport au bureau de l’institution intitulé « Les représentants d’intérêts : renouer avec l’esprit de la loi Sapin 2 ». Les auditions avaient démarré un an plus tôt, mais elles ont pris du retard car le président du comité, Arnaud Bazin…