Tractations et discussions de couloirs. L’atmosphère qui régnait à Strasbourg, lors de la première session plénière du Parlement européen de ce mois d’octobre, détonnait par rapport aux réunions à distance de ces dix-huit derniers mois. Cette fois, c’est le traditionnel renouvellement des postes à mi-mandat qui a occupé les esprits, et surtout celui du président de l’hémicycle.

Au bout de deux ans et demi, les présidences du Parlement, des commissions et les postes de coordinateur sont remis en jeu.

Car…