La transparence est toujours un exercice difficile. Alors que le registre européen des lobbys vient de réformer en profondeur son fonctionnement, début 2022, voilà déjà que des irrégularités y sont apparues. Des fédérations industrielles ne publient pas leurs dépenses de lobbying, des entreprises déclarent ne pas représenter d’intérêts commerciaux et des consultants apparaissent sans aucun client.

« Ce nouveau registre, c’est un peu le bazar », résume Vicky Cann, de l’ONG Corporate Europe Observatory, qui déplore « des erreurs dans…