La présidence allemande aura tenu les délais. Berlin s’était fixé comme objectif de boucler la réforme du registre de transparence de l’Union d’ici à la fin de son mandat à la tête du Conseil des ministres. C’est le 7 décembre que le sort des 12 000 lobbys actifs auprès des institutions européennes, et des interactions qu’ils pourront avoir, a été fixé.

Pour arriver à clore ce dossier controversé (relire notre article ), les négociateurs de la Commission européenne, du Parlement…