Wopke Hoekstra, le prétendant qui doit encore séduire le Parlement européen

La nomination du ministre des Affaires étrangères néerlandais comme commissaire européen à l’Action climatique fait des remous à Bruxelles. Au-delà de son appartenance au Parti populaire européen, qui s’est illustré au début de l’été par une croisade contre certains dossiers environnementaux, son refus obstiné, voire provocateur, de toute solidarité économique pendant la crise du Covid-19 a laissé des traces et questionne sur son engagement européen. Les groupes de gauche au Parlement européen se préparent à lui faire vivre une audition difficile.
Éditions Pouvoirs , Environnement , Transports , Énergie
Jean Comte, avec Anna Hubert, Damien Genicot, Laura Mercier, Maïwenn Lamy et Fanny Roux
30 août 2023 à 11h16
Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, prend la parole à son arrivée au Binnenhof avant la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres. — EPA/ROBIN UTRECHT

À lire également

Wopke Hoekstra toujours en ballottage après son opération séduction au Parlement

Les coordinateurs de la commission Environnement ne rendront leur décision sur la nomination du Néerlandais comme commissaire à l’Action climatique que ce mardi 3 octobre. La veille, durant trois heures d’audition, le conservateur a tenté de donner des gages à gauche comme à droite. Il s’est prononcé pour un objectif de réduction des émissions d’au moins 90 % pour 2040.

[Agenda] L’écologie dans le brouillard à Paris, en proie aux vents contraires à Bruxelles

À Paris, les annonces concernant la planification écologique sont sans cesse reportées. Certains objectifs fixés avant l’été doivent désormais être déclinés dans les territoires. Mais il reste des angles morts : sur la méthode, mais aussi sur la gestion de la problématique des sols et des forêts. À Bruxelles, à quelques mois des élections européennes, le Green Deal est malmené et de nombreux chefs d’État demandent une pause, alors que les volets biodiversité, pollution et économie circulaire ne sont toujours pas finalisés.

Frans Timmermans sur le départ, le Green Deal en passe de perdre son capitaine

Le vice-président de la Commission européenne, maître d’œuvre du Pacte vert depuis 2019, envisage de redescendre dans l’arène politique aux Pays-Bas. S’il se confirme, son départ laissera un vide à Bruxelles, où plusieurs grandes législations environnementales font l’objet de négociations très serrées. Mais il y a une vie après Frans Timmermans.

Frans Timmermans : sur le Pacte vert, « on fonce jusqu’à la fin »

Le vice-président exécutif de la Commission européenne répond aux attaques du Parti populaire européen contre le Pacte vert et à la volonté du président Emmanuel Macron de faire une « pause » sur la réglementation environnementale. À un an des élections européennes, le Néerlandais se projette sur la campagne et le projet politique de son parti, les sociaux-démocrates (S&D).

Contexte, l’info politique dont les professionnels ont besoin.

Essayez gratuitement

Essayez Contexte pour suivre les politiques publiques en France et en Europe

Recevez tous les matins dans votre boîte e-mail une sélection d’informations et d’analyses de notre rédaction

Accédez à des scoops et des ressources pour décrypter les enjeux et les rapports de force politiques

Suivez la fabrication des textes de loi en temps réel tout au long de la navette parlementaire