Voilà une décision qui va plaire aux États qui peinent à lutter contre la fraude au détachement de travailleurs sur leur sol en raison d’une mauvaise coopération avec le pays d’envoi de ces derniers. Oui, la justice d’un État peut estimer qu’un travailleur détaché sur la base d’un certificat de sécurité sociale frauduleux doit intégrer le marché national et donc cotiser à la sécurité sociale du pays d’accueil, a décidé la Cour de justice…