Après la « pause » inaugurale de juillet 2017, le quinquennat Macron connaît un deuxième flottement sur les projets d’infrastructures. Mais celui-là ne figurait pas dans les plans de l’exécutif.

La crise des Gilets jaunes et les arbitrages budgétaires destinés à en sortir ont entraîné, de fait, une interrogation sur la nature et le volume des moyens alloués au financement des infrastructures dans l’immédiat, pour l’année 2019. Mais ils nourrissent également des doutes sur la programmation pluriannuelle que…