Les transports occupent une place marginale ou sont même absents des programmes des candidats à la primaire de la droite et du centre, dont le premier tour est organisé le 20 novembre.

Le récent débat parlementaire sur l’encadrement des taxis et plateformes VTC a fourni une illustration parlante de la frilosité à prendre position. Si, parmi la douzaine de sénateurs "frondeurs " figurent des soutiens à l’ensemble – ou presque – des candidats, ces derniers se sont gardés de prendre…