Malgré les pressions de la Commission européenne, la présidence estonienne n’a jamais caché qu’elle ne parviendrait pas à une position commune des États sur le règlement e-privacy.

D’après le rapport d’étape de la présidence, que Contexte s’est procuré, “un travail supplémentaire est nécessaire” sur la quasi-totalité des questions. Le texte sera présenté aux ministres lors du Conseil télécoms du 4 décembre.

Quelques progrès

Depuis le mois de juillet, la présidence estonienne a avancé sur plusieurs…