« On n’est d’accord sur rien, tant qu’on n’est pas d’accord sur tout », a répété à l’envi la présidence estonienne de l’UE pendant les douze heures de négociations entre les États qui ont abouti à un accord sur la réforme du détachement des travailleurs, le 23 octobre, à Luxembourg.

Même après ce compromis, la formule est toujours valable. Rien n’est inscrit dans le marbre tant que le Conseil de l’UE et le…