À quoi sert une présidence de l’Union européenne ?

Entre le 1ᵉʳ janvier et le 30 juin 2022, la France sera à la tête du Conseil de l’Union européenne. Quel sera son rôle ? Le pays qui occupe ce poste de façon temporaire peut-il tirer profit de cet exercice ? En quoi son action est-elle importante pour faire avancer, ou non, la politique européenne pendant six mois ? Coup de projecteur sur le fonctionnement et les marges de manœuvre d’une présidence tournante.

Édition Pouvoirs
Jean Comte, avec Sophie Dupuy et Guénaël Pépin
01 décembre 2021 à 7h00
Réunion des ministres de l'UE chargés de l'Espace, le 26 novembre 2021 à Bruxelles
Réunion des ministres de l'UE chargés de l'Espace, le 26 novembre 2021 à Bruxelles — © Conseil de l'Union européenne

À lire également

Présidence de l’UE : ces Suédois qui vont compter
Le pays scandinave préside depuis le 1ᵉʳ janvier le cénacle des États membres. À cette position, la Suède a la lourde tâche de faire avancer les négociations entre les Vingt-Sept et avec le Parlement européen sur tous les dossiers législatifs en cours. Contexte a identifié pour vous les personnalités clés pour cet exercice.
Après la réélection d’Emmanuel Macron, la PFUE continue sur sa lancée
La France préside le Conseil de l’UE pour encore deux mois. Satisfait de ses résultats jusqu’ici, Paris entend maintenir le rythme. Avec une difficulté de taille à l’horizon : le renouvellement du gouvernement, qui risque d’amener au pouvoir des ministres et des conseillers moins sensibilisés aux questions communautaires. En filigrane, l’enjeu d’une relance de la réflexion sur l’avenir de la construction européenne dans le contexte de la guerre en Ukraine.
Refaire parler français à Bruxelles… PFUUUUE
La France veut profiter de son bref mandat à la tête du Conseil de l’UE, entamé le 1ᵉʳ janvier, pour contrecarrer l’hégémonie de la langue anglaise dans les institutions européennes. Mais les habitudes sont tenaces, certains diplomates dubitatifs et les experts rebutés par les complications logistiques.
La « RP » de la France à Bruxelles, pilote sous pression de la présidence du Conseil de l’UE
La représentation permanente auprès de l’UE, placée au cœur du dispositif de la PFUE et renforcée par des bataillons de nouvelles recrues, s’est préparée à une avalanche de textes, un rythme de travail effréné et des négociations inévitablement ardues. Mais aussi à une élection présidentielle en plein semestre et des relations d’un genre inhabituel avec Paris.
Bruxelles jugera l’Allemagne d’Olaf Scholz sur pièce
Malgré la percée des sociaux-démocrates et l’arrivée des Verts au gouvernement allemand, l’Union ne s’attend pas à de grands bouleversements dans les positions défendues par Berlin. L’interrogation majeure réside dans le poids que les écologistes pourront exercer dans la vie de la nouvelle coalition, alors que les législations qui doivent façonner la transition verte sont en cours de discussion.
Avec la présidence française de l’Union européenne, Emmanuel Macron se projette dans l’après-2022
Pour les six mois de sa présidence tournante du Conseil de l’UE, la France compte aller au-delà de son rôle de pilote des négociations des dossiers législatifs en cours d’examen à Bruxelles. Emmanuel Macron veut s’appuyer sur cette séquence pour impulser une nouvelle étape dans la construction de l’Union européenne.
Présidence française de l’UE : les ambitions de Macron sont-elles crédibles ?
Le président de la République a présenté à la presse, le 9 décembre, ses priorités pour la présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui débutera au 1ᵉʳ janvier pour six mois. Autonomie stratégique, DSA/DMA, salaires minimums européens, paquet climat…, passage en revue du contexte dans lequel s’inscrivent les principaux objectifs.
[Trombinoscope] Les gens qui comptent dans la préparation de la présidence française de l’UE
La présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui débute le 1ᵉʳ janvier 2022 pour six mois, mobilise plusieurs administrations à Paris et Bruxelles. Passage en revue de l’organisation et des personnes clés sur les priorités connues de la France : mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, DSA et DMA, paquet social, boussole stratégique…
Les encombrants sponsors des présidences tournantes de l’Union européenne
Coca-Cola, partenaire de la présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne. Début 2019, l’information a dérangé. Les conditions de ces partenariats récurrents entre entreprises et gouvernements – coûts, critères de sélection, modalités – sont bien peu transparentes. Un système flou qui crée aujourd’hui avant tout de la suspicion.
La France a dépensé 175 millions d’euros pour la présidence française de l’UE
Dans un rapport rendu public le 20 octobre, la Cour des comptes pointe notamment une programmation d’événements «excessivement touffue».