Cannibalisation du transport ferroviaire, faible pouvoir des régions, manque de cohérence des politiques entre les différents modes de transports… les critiques sur la libéralisation de l’autocar prévue par le projet de loi Macron foisonnent. Mais les mots de Gilles Savary pour y répondre sont tout aussi fleuris.

Lors d’une rencontre avec le club abonnés de Contexte, mardi 3 février, le député PS, rapporteur thématique du texte, est revenu sur le volet "mobilité".

Le ferroviaire responsable de sa situation

Le projet…