Le calcul est simple. Sur les 73 députés britanniques, 41 évoluent dans deux des familles politiques situées à la droite du Parti populaire européen (PPE). Et ces élus constituent à chaque fois l’un des piliers de ces formations. Avec leur départ, les équilibres au sein des groupes se brisent.

Sur les 74 parlementaires Réformistes et conservateurs européens (CRE), 21 sont britanniques. Ces derniers ont même été à l’origine du groupe : en 2009, ils décident de quitter le PPE…