Le couperet est tombé. Les autorités européennes de protection de données (G29) jugent que le Privacy Shield ne protège toujours pas assez la vie privée des citoyens de l’UE.

A tel point qu’elles appellent la Commission européenne et les autorités américaines à “rouvrir les discussions” et à mettre en place “immédiatement” un plan d’action, dans leur version de la révision annuelle de l’accord transatlantique de flux de données.

Le G29 souhaite que les problèmes soulevés soient…